Haut

Pierre Tual

  -    -  Pierre Tual
Figure du temps, 1983	© Pierre Tual

Figure du temps, 1983 © Pierre Tual

DSC 7 A – copie.JPG	Figure de l’ombre, 1983	© Pierre Tual

DSC 7 A – copie.JPG Figure de l’ombre, 1983 © Pierre Tual

Tristan Tzara, 1986	© Pierre Tual

Tristan Tzara, 1986 © Pierre Tual

Pierre Tual

Pierre Tual

Pierre Tual est né en 1941 sur les bords de la Loire, entre Nantes et Saint-Nazaire. Après un court passage à l’école des beaux-arts de Nantes entre 1957 et 1959, il s’inscrit à l’école des beaux-arts de Paris en 1960 et y reste jusqu’en 1962. Il commence, à la même période, à réaliser ses premières sculptures en métal à l’aide de baguettes en cuivre soudées qui se situent dans l’esprit de celles d’Antoine Pevsner.

Il poursuit l’héritage de la sculpture métallique, initiée par Gonzalez et Picasso à la Qin des années vingt et prolongée, entre autre, pendant les années cinquante et soixante par David Smith, Berto Lardera, Edouardo Chillida puis Anthony Caro, en réalisant ses premières sculptures en plaques d’acier soudées à la Qin des années soixante.

Depuis les années 1950, il est un sculpteur de métal pour ses pièces monumentales et de tous les matériaux pour ses oeuvres mobilières (cire, céramique, terre cuite, métal…). Pour Christine Ollier, c’est une découverte importante que cet artiste qui mérite indéniablement une visibilité bien plus grande. Dans la lignée des années 70, retenant certains principes de Supports Surfaces, avec une approche plus minimale, proche d’un Gottfried Honegger, les sculptures de Pierre Tual réalisées par pliage d’une seule plaque de métal sont rigoureusement structurées tout en offrant une variété remarquable de signes dans l’espace naturel.

À la suite du Parcours, la programmatrice, poursuit cet hommage par un ensemble conséquent d’expositions organisées par le Champ des Impossibles, afin d’offrir au public et à l’artiste, une véritable rétrospective de cette oeuvre remarquable. Celles-ci courront à partir de mi-juin, tout l’été 2020 au Jardin François, Manoir de Lormarin et Moulin Blanchard.

Lieu d’exposition

Jardin François