Haut

Anne Rearick

  -    -  Anne Rearick

06.2021 et 10.2021

Photographe américaine, membre de l’Agence VU’ depuis 1993, représentée par la galerie Clémentine de la Feronnière (Paris), elle est basée à Gloucester (Massachusetts -USA).

Titulaire d’un Master of Fine Arts du Massachusetts Collège of Art en 1990, Anne Rearick exerce depuis lors à la fois comme professeure et comme photographe. Dans la grande tradition de la photographie documentaire américaine à laquelle elle adjoint sa singularité, elle travaille sur des sujets au long cours, approfondissant les relations avec les gens et les lieux qu’elle saisit au fil du temps.

Sa photographie dépeint l’expérience quotidienne des univers dans lesquelles elle s’immerge, et qu’elle célèbre avec délicatesse. “Débarrassée de tout projet globalisant, elle laisse chacun s’exprimer tour à tour avec des regards, des poses, des gestes, un mouvement et elle renoue justement avec cette photographie profondément humaniste qui ne regarde jamais son nombril, qui ne cherche pas son ego ou son identité mais va à la rencontre de l’autre, son égal” (Christian Caujolle). Aux États-Unis, en Afrique du Sud comme au Pays basque, Anne Rearick porte ce même regard généreux sur les êtres pour donner des images qui veulent, avant tout, dire le plaisir de l’instant et la qualité de la rencontre.

Récompensées de nombreux prix, parmi lesquels le Prix Guggenheim Fellowship, le prix Dorothea Lange-Paul Taylor, ou le prix Roger-Pic de la Scam, ses photographies ont intégré de grandes collections telles que celles de la Bibliothèque nationale de France, du Centre national de l’audiovisuel du Luxembourg et du Museum of Modern Art de San Francisco.

“Mon travail photographique s’ancre toujours sur un territoire et dans une démarche au long-cours. En France, c’est jusqu’à présent au Pays basque que je me suis arrêtée pendant 10 ans, puis à Sète pour une résidence dans un format plus court d’une saison. J’aime m’exprimer en confiance, en connaissance, et dans une fidélité d’amitié que beaucoup disent ressentir dans mes images.” […]

Anne Rearick