Haut

Eric Dizambourg

  -    -  Eric Dizambourg
Septième ciel.

Septième ciel.

L’amour louche.

L’amour louche.

Le jour du facteur.

Le jour du facteur.

Eric Dizambourg © Ghislain Mirat

Eric Dizambourg © Ghislain Mirat

Né en 1982 à Créteil, Eric Dizambourg vit et travaille en région parisienne. Il est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris avec les félicitations du jury en 2009. Il a notamment exposé à la galerie Jocelyn Wolff et à la Maison Rouge, fondation Antoine De Galbert. Eric Dizambourg a reçu le prix Hiscox Start 2010.

Depuis une dizaine d’année, Eric Dizambourg développe des films et des peintures révélant un univers fantasmé, décalé et baroque qui pose un regard délirant tant sur des référents biographiques que sur l’histoire de la peinture.

Eric Dizambourg est sans doute le plus iconoclaste de tous avec ses farces picturales qui mettent en scène des motifs de l’art de façon cocasse. Et pourtant cet héritier de Martial Raysse est fou de peinture ; comme il est aisé de constater si l’on s’approche de ces formats monumentaux pour se diluer soit même dans la surface picturale mêlant la technique du dripping de Pollock, au geste en épaisseur de Leroy avec une inspiration expressionniste pas très éloignée de Soutine dans les visages ou de la violence de la série “noire” de Goya, vaguement temporisée par les coloris pop de Raysse.

De motif ou de sujet, la peinture devient autonome et joue de la liberté du geste de cet artiste libertin. Il est effectivement possible d’évoquer un libertinage pictural pour ce jouisseur de la peinture et de son histoire. Entre rire et clin d’oeil, désacralisation d’un fils qui tuerait avec respect ses pairs, il y a de la maestria dans ces tableaux pour qui veut bien approfondir le regard.

Lieu d’exposition

Moulin Blanchard