Haut

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

  -    -  Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)
Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

Loïc Pantaly & École de Bretoncelles (61)

11.2019 – 03.2020

Résidence jumelage Art Culture & CO, accompagnée par la DRAC Normandie et l’école maternelle de Bretoncelles (61)

Les 4 premières séances ont été consacrées à la présentation de Loïc Pantaly et à la découverte du milieu scolaire. L’approche a été plutôt rapide car les enfants étaient venus voir en amont les créations de Loïc à atelier pendant la préparation du Parcours 01 (mars 2019) et durant l’exposition à Saint-Cyr-la-Rosière (mai à juin 2019)
Les 4 premières séances ont surtout permis de faire un point sur la capacité manuelle des enfants et comprendre comment capter au mieux leur attention. Nous avons donc utilisé la peinture, le dessin, le collage, l’argile mais surtout le discours de l’aventure.

Au termes de ces premiers échanges, Loïc est ensuite revenu pour 2 séances avec une structure métallique «vide» mais contenant des éléments à réfléchir : 2 manivelles avec poulies, des ailes en bois, une assise. Les enfants et Loïc ont joué et travaillé avec cet objet et se sont mis à faire de la mécanique et à penser.
Ils ont construit quelque chose d’extraordinaire : Une véritable machine volante et à voyager dans le temps.

Cette machine évolue au fur et à mesure des séances et des demandes des enfants, qui lui ajoute des couleurs et des éléments (rétroviseur, klaxon, hélice…).

Ils créent un discours et trouvent des solutions :
« Un lapin peut il voyager dedans ? » Il faudrait rajouter une cage.
« À combien peut-on monter à bord ? » Deux fauteuils devant pour ceux qui conduisent, deux tabourets pour ceux qui actionnent les ailes et un pour la manivelles de l’hélice…
« On risque d’avoir le vertige dans le ciel. » Il faut mettre des ceintures et penser à prendre des lunettes.

Les 8 dernières séances seront consacrées à l’évolution du discours et en l’occurence à la forme de la machine.

Il est possible qu’elle ne soit pas exploitable pour un quelconque voyage mais elle gardera en mémoire (dans son coffre et dans des boîtes) les dessins, peintures et le petit bonhomme d’argile pendant quelques années. Alors, les enfants viendront ouvrir le coffre et récupérer leurs boîtes des années plus tard. C’est en ça qu’il s’agit véritablement d’une machine à voyager dans le temps.

Ils auront peut être appris qu’on ne peut pas voyager, ni voler dans le temps mais auront sûrement oublié qu’une partie de leurs rêves d’enfant à effectivement voyager dans le temps.

Deux séances seront utilisés pour mettre la machine en orbite, lors d’un grand départ organisé.

Cette résidence a obtenu le soutien de la DRAC Normandie dans le cadre des Résidence Jumelage.